Mallorque

Puerto Sollers :

Puertosolers2De cala Berniras – Ibiza – direction Puerto Sollers sur Mallorque. Vent Est et montée rapide. Sur la route, l’anémomètre nous a lâchés. Arrivée de nuit jolie de nuit avec les lumières de la ville.

 

PuertoSolers

 

 

 

 

 

Puertosolers1

 

 

 

 

 

 

 

Puerto Cristo :

Arrivée de nuit, sans difficulté particulière, dans cette petite calanque. Possibilité de mouillage et plusieurs ports disponibles mais nous avons préféré le port public (24 euros la nuit en mai) pour débarquer 2 équipiers et faire des courses.

Port dans la ville. Touristique, avec de nombreux restaurants, des petites et grandes surfaces et un accès aisé à Palma via Bus.

 

puertopetro

 

Puerto Petro :

Mouillage sur bouée payante (chère pour une bouée : 25 euros) mais impossibilité de mettre l’ancre car réserve naturelle.

Petite ville touristique.

 

 

puertopolo

 

Formentera

Formentera :

Formentera2

Ile située au sud d’Ibiza avec une petite mer intérieure dont le seuil est à 1,5m. Impossible pour Atypik d’y mouiller.

Formentera1Par contre mouillage sur bouée gratuit au nord de l’ile : cala Espemaldor. Ce mouillage est sauvage sans aucun commerce. Accès à une lagune de sable en annexe où à la nage.

 

 

 

Autre mouillage juste à côté du port de la Savina : nombreuses navettes entre le port formentera2et Ibiza ce qui entraine bruit et houle.

 

 

 

 

 

Tour de l’ile en vélo

formentera1

Cabrera

Ile Cabrera :

cabrera1

Souhait d’aller voir l’ile Cabrera : réserve naturelle dans les guides. Mouillage sur bouée de différente couleur selon la taille du voilier (jaune pour Atypik). Cela est expliqué dans le Pilote côtier « Les Baléares » de Rondeau. Tour de l’ile à pied et bières au café. Jolie ile protégée et j’imagine touristique en été.

cabrera1cabrera2

Ibiza

Cala salada :

Après une ½ journée de repos, rangement et nettoyage à San Antoni, nous sommes allés à Cala Salada, tout à côté.

calasalada

Calasalada2Peu de monde et donc de la place. Cette crique est sauvage et entourée d’anciennes maisons de pêcheurs.Sable pour le mouillage entre les posidonies et pas de wifi.
Restaurant sur la plage

 

 

 

 

Et puis Cala Vedella :

calavedella

Cala touristique où restaurants, cafés et épiceries sont proches de la plage où il est possible de débarquer.
Jolie cala mais peu spacieuse  car encombrée par de nombreuses barques de pêche. Mouillage avec 10 m de profondeur

 

Ibiza, le port :

Ibizaport

Plusieurs marinas à Ibiza – à contacter avant pour connaitre les tarifs. Pour Atypik, (12,5m), 54 euros la nuit au club nautico de Ibiza au mois de mai. Cet emplacement est pratique car dans la ville. Il est donc aisé de faire des course, et de se balader dans la vieille ville (agréable à visiter à cette période : des touristes mais pas trop nombreux et jolie).

Ibiza rue

 

toitibiza

ibizanuit

 

 

 

Cala Bernirras :

Au nord d’Ibiza, cala avec un restaurant et des chanteurs sur la plage, sympathique.  Cala calme et bien protégée par vent d’est. Pour la nuit, nous étions 3 voiliers.

berniras3

En septembre

En septembre, Atypik a navigué le long des côtes marocaines de la Méditerranée avec Lauren, Nordine, Léa, Magalie, Elsa et Vincent.

Découverte de ports de pêches typiques et de gardiens de ports accueillants, Baignade dans une crique en forme de cratère parmi les méduses, Diners dans des restaurants où la sardine est abondante et grillée, Photos du rif ocre et magnifique,……..

Les escales et visites : Al hoceima, Cala d’iris, El jebha et Cala congrejo, M’Dicq, Tetouan, Chefchaouen,  et des navigations de nuit.

P1020283cratère

Al Hoceima

Deux  fois,  Atypik a accosté à Al Hoceima pendant ce mois de septembre : 1ere étape obligatoire pour atteindre le Rif. Cette navigation apparait toujours longue car la 1ere au départ de Melilla : 57 Milles en 14 h soit 4 nœuds de moyenne. Peu performant mais, par moment, le vent était faible.

P1020464port3A chaque fois, Atypik est arrivé de nuit : accueil chaleureux des autorités ( Gendarmeries, Police, Douanes, Responsable de port) mais, j’avoue, formalités fastidieuses.

On a failli perdre Atypik :
C’est à Al Hoceima que j’ai failli perdre Atypik : le nœud de la garde arrière mal souqué, un peu de vent dans le port et le nœud se défait pendant la réalisation des formalités au Poste. Heureusement, la garde avant tient et un gardien du port monte sur Atypik. En découvrant Atypik tenu par une amare, je n’ai jamais couru aussi vite.

Au final, rien de cassé et un nouvel amarrage contrôlé, vérifié, doublé, ……

Découverte d’un marché nocturne de poissons (plus ou moins frais) :
P1020259port2et de restaurants juste au niveau du port de pêche. Sur le marché, les poissons ne sont pas forcément frais, il est préférable de se renseigner auprès des locaux. Par contre, les sardines grillées au restaurant sont excellentes. A déguster avec une salade, des soupes de pois cassés, de tomates.

Une journée à Al Hoceima :
Pour découvrir la ville (il faut monter !), les souks et marchés, la corniche, les petits restaurants et se balader dans les rues.

Al hoceima

Le souk

Le souk

Une cabine téléphonique

Cala d’Iris

25 miles environ séparent Al Hoceima de Cala d’Iris : navigation courte d’autant plus que le courant, le long de cette côte porte vers l’Ouest.

P1020439cala

De jour, Cala d’iris est facile à repérer. 2 grues sont positionnées sur la digue pour la rallonger et atténuer la houle d’Ouest qui peut rentrer dans le port. De nuit, un feu vert uniquement. Je ne me suis pas aventurée à rentrer de nuit.

P1020432plage  Rares sont les bateaux qui s’arrêtent à Cala d’iris : c’est vrai que ce n’est qu’un port de pêche avec 3 restaurants, une plage. Les pêcheurs, entre la pêche du matin et celle de la nuit, rentrent chez eux à 4 km du port.

P1020428presentation

Atypik et son équipage ont été à chaque fois très bien accueillis par les autorités locales. Et comme ce n’est pas un port d’entrée et de sortie, les formalités sont simples.

Ce qui surprend à Cala d’Iris (enfin, ce qui m’a surpris), ce sont lesUne grue 2  grues………………sur la digue et la profusion des blocs de pierre construits sur place.
Ce qui est beau : la vue sur la mer et l’ile d’Iris, l’amoncellement des blocs de pierre et …….

 

 

El Jebha

20 miles entre Cala d’Iris et El jebha et toujours un courant près des côtes portant vers l’Ouest. La navigation se fait facilement même s’il y a un peu d’Ouest dans la direction du vent.

Atypik ne retournera plus à El jebha : un décret interdit tous bateaux autres que de pêche à accoster. Raison de sécurité.  Dommage, El jebha est un port typique de pêche avec ses restaurants, ses hôtels, ses rues commerçantes et ses habitations.

Atypik a quand même réussi à y passer en tout 3 nuits après palabres et négociations : 2 nuits au mouillage de cala Congrejo et une nuit au mouillage dans le port.

Le mouillage de la cala Congrejo : un cratère. Orin indispensable et main de fer sur la chaine.
C’est magnifique, isolé. Atypik est le seul voilier, quelques pêcheurs ont posé des casiers…………Et des méduses surtout la 1ere nuit. Je profite d’être au mouillage pour nettoyer la houlette du loch et contrôler que rien ne traine autour de l’hélice.

De El Jebha, quelques personnes viennent sur la plage………….pour se baigner.

P1020303Plage

Nous repérons le chemin que nous emprunterons pour aller en ville et dans le port. Sur le chemin, rencontre avec la police qui nous demande de partir. Après discussions, thé à la menthe offert et arrivée de la gendarmerie, nous resterons au mouillage……

Visite de la ville, de ses alentours et réparations de la poignée arrachée du canoë auprès d’un cordonnier.

P1020317coordonnier

 

M’Dicq

Pendant cette navigation, le vent, au départ Nord Est passe Sud Est pour finir Ouest. Ces changements de direction s’accompagnent de variations de force (de 0 à 5 beaufort).  Pleins de dauphins qui nous ont accompagnés pendant un moment,  Atypik était alors avec les voiles en ciseaux et nous avancions bien.

P1020599portLa 1ere fois que Atypik est arrivé à M’Dicq, c’était de nuit.  2 marinas dans ce port : une nouvellement construite où il y a de la place mais où il est interdit d’accoster (marina privée) et une marina où il n’y a pas de place et où l’on peut accoster. Ce sont les gardiens du port, très sympathiques, qui  nous font  une place entre les barques, les annexes et jets ski. Et ils en ont toujours trouvé pour Atypik : il faut simplement ne pas être très regardant sur l’amarrage.

Une fois Atypik amarré, visite des autorités : M’Dicq est un port d’entrée et de sortie.

M’Dicq est un port pratique car présence de douches, d’eau et d’électricité. La ville est proche et il est facile de refaire l’avitaillement dans le souk ou bien dans une grande surface située à 200 mètres de la marina.  200 dirhams la nuit. Par contre, pas de shiplanders.

 Rencontre avec Philippe :
Qui fait nager ses clients avec des dauphins à partir de son voilier dans la  baie de M’Dicq. Une soirée avec Philippe, c’est une soirée d’anecdotes de dauphins, de clients et autres.

M’Dicq, c’est avant tout un port de pêche :
Restaurants et sardines présents tout le long du port de pêche et ouverts tard la nuit. Ici, nous avons gouté d’autres poissons (je ne sais plus lesquels), grillés et très bons également.

P1020514enfantsP1020508porte

A partir de M’Dicq :

Il est facile d’aller à Tétouan via les taxis collectifs. Tétouan est à 16 kms de M’Dicq et vautP1020378rue la visite avec sa Médina classée au patrimoine de l’Unesco. Dans la médina, des rues bondées ou bien vides à s’y perdre, des rues colorées, des commerçants, le passage d’un enterrement,….

Omar

Omar

Chefchaouen  est accessible avec taxis collectifs et / ou bus. C’est plus loin (75 km de M’Dicq) mais et cela permet de faire un passage routier dans le Rif. Chefchaouen, la ville bleue. Notre 1ere rencontre fut pour Omar, tenancier d’un restaurant pour locaux. Omar a pris le temps de nous expliquer l’histoire de sa région : partie espagnole et partie française (cela lui tenait à cœur) et nous, nous avons pris le temps de déguster ses brochettes de dinde avec soupe de fèves ………..succulentes ……….tout cela pour 2 P1020569ruelleeuros !! Chefchaouen vaut le détour : Magalie voulait monter…………soit …………..nous sommes  montées et la vue des toits valait le coup. Nous sommes ensuite redescendus via des rues, des impasses bleues, nous avons traversé des places bleues, nous sommes rentrées dans des boutiques bleues. Chefchaouen est très jolie.